Théâtre et politique

Durée : 1 h 25

Public adolescent et adulte


Pontoise

Mardi 21 novembre Mercredi 22 novembre

à 20 h 30

L’apostrophe – Théâtre des Louvrais – scène nationale de Cergy-Pontoise & du Val d’Oise

Place de la Paix    

Tél. : 01 34 20 14 14 

Plein tarif : 19 €

Moins de 26 ans : 16 €

Tarif Pass : 12 €


Fosses

Vendredi 24 novembre

à 21 h

Espace Germinal - Scènes de l’Est valdoisien    

2 Avenue du Mesnil    

Tél. : 01 34 72 88 80            

Plein tarif : 13 €

Tarif Pass : 10 €

Moins de 18 ans : 5 €


www.raoulcollectif.be


Rumeur et petits jours

Raoul Collectif (Belgique)

© Céline Chariot 

De et par : Romain David, Jérôme de Falloise, David Murgia, Benoît Piret et Jean-Baptiste Szézot

 

Assistanat : Yaël Steinmann et Rita Belova (stagiaire)

Son : Julien Courroye

Lumières : Philippe Orivel

Costumes : Natacha Belova

Renfort scénographie : Valentin Périlleux

  

Le spectateur est ici le public d’une émission radio. Dans une atmosphère enfumée rappelant les années 70, un groupe de chroniqueurs se réunit autour d’un projet commun : dénicher de la beauté. A l’heure de la 347e émission, ce projet est-il devenu trop désuet au regard du monde qui les entoure ? Il est en tout cas mis à mal d’entrée de jeu par l’annonce d’une décision venue d’en haut… La cohésion et l’idéal du groupe, et à travers lui le langage et les idées, sont alors mis à rude épreuve. Mais de quoi cette épreuve est-elle le nom ? Restent aux chroniqueurs leur liberté de ton et la mise en mouvement d’une pensée chorale pour espérer déconstruire ce qui les contraint, et y résister coûte que coûte.

Fidèle à sa mise en scène inventive construite à partir du plateau, le Raoul Collectif nous propose un spectacle à la fois fertile et ludique, visuel et libératoire. La pièce s’attaque, en creux, aux dérives de notre société rationnelle et matérialiste.

 

Pas évident de faire rire des intellectuels fatigués dans une société fermée sur ses préjugés… Raoul Collectif y parvient avec un esprit dada incendiaire et convainc qu’il existe toujours une alternative à l’épuisement de penser. Télérama

 

Coproduction : Théâtre National – Bruxelles • Théâtre de Namur • Théâtre de Liège • Manège – Mons. Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles CAPT • Zoo théâtre asbl • La Chaufferie-Acte1